Archive de l’étiquette « Municipales 2020 »

ParFranceInsoumise94000

Créteil doit protéger ses habitants des pesticides et des perturbateurs endocriniens

Depuis le mois de mai de cette année, des dizaines de maires, y compris en milieu urbain, ont pris sur leur territoire des arrêtés antipesticides (carte interactive), pour protéger la santé de leurs habitants face au ravage de ces produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques.

En effet, la loi Labbé de 2014 a interdit les pesticides depuis 2017 pour les collectivités et depuis 2019 pour les particuliers. Cependant les entreprises ou syndics de copropriété peuvent faire appel à des entreprises de jardinage qui utilisent des pesticides qui contaminent toute la population.

Alors, qu’attendons nous pour rejoindre ce combat ?

Il faut élargir le mouvement car l’État cherche à faire taire les maires en les attaquant au tribunal. Treize communes du Val-de-Marne ont pris des arrêtés qui ont été suspendus par le tribunal de Melun. Mais le tribunal de Cergy-Pontoise a donné raison aux maires de Sceaux, Antony et Gennevilliers (Hauts-de-Seine), reconnaissant leur pouvoir de police générale dans la protection des populations face au danger, avéré par de nombreuses études scientifiques, que représente le glyphosate. Le président du conseil départemental du Val-de-Marne, Christian FAVIER, passait au tribunal le 20 novembre pour son arrêté concernant tout le département.

Plus largement, c’est aussi la problématique des perturbateurs endocriniens qu’il faut prendre en charge de manière urgente. Ils sont présents partout : dans les pesticides, dans les plastiques, dans les cosmétiques … Ils provoquent de multiples maladies chroniques (cancers, diabète, obésité …). Les enfants et les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables.

Notre mode de consommation atteint ainsi fortement notre santé. En France, le nombre de cas de cancer est passé de 170 000 à 355 000 entre 1980 et 2012.

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a rappelé en septembre 2017 dans son rapport et avis sur la Stratégie nationale de santé, que le coût en Europe des conséquences des pesticides perturbateurs endocriniens était estimé à 120 milliards €/an.

Des collectivités s’engagent contre ce fléau en signant la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » pour aboutir à l’interdiction des perturbateurs endocriniens. Des mesures simples peuvent être prises, par exemple : lancer une réflexion avec les agents communaux concernés afin de pouvoir  supprimer le plastique dans les cantines des écoles, engager les agents des administrations pour supprimer les petites bouteilles d’eau et les remplacer par des carafes et des verres.

Pourquoi pas nous ?

Créteil doit résolument s’engager dans la transition écologique pour sauvegarder la santé de ses habitants. La France Insoumise portera ce combat lors des élections municipales de 2020.

ParFranceInsoumise94000

À CRÉTEIL, C’EST À VOUS DE DÉCIDER !

Pour chacun de ces thèmes de notre vie quotidienne, vous pouvez exprimer votre degré de satisfaction quant à votre situation actuelle en cochant la case qui correspond le mieux à votre ressenti.

Ensuite, vous pourrez indiquer les actions à mettre prioritairement en œuvre et faire une proposition.

Il n’est pas nécessaire de répondre à toutes les questions. Vous pouvez choisir en fonction de vos préoccupations et de vos centres d’intérêt.

ParFranceInsoumise94000

Créteil entre dans une nouvelle ère citoyenne

L’Assemblée communale des insoumises et insoumis de Créteil, réunie le samedi 28 septembre, a défini la stratégie du mouvement pour les municipales et a désigné deux animateurs pour la campagne municipale : Béatrice PINAT, 40 ans, professeure des écoles à Créteil, et Thomas DESSALLES, 36 ans, inspecteur du travail à Créteil.

Les groupes d’action de la France Insoumise souhaitent mettre en place une assemblée citoyenne qui choisira les candidates et candidats de la liste et élaborera le programme. Cela permet à chaque habitant de prendre des responsabilités. Des échanges sont déjà engagés avec les cristoliennes et les cristoliens, et des forces associatives de la ville pour participer à la construction de cette dynamique. Des partis politiques ont demandé à nous rencontrer, nous les rencontrerons en étant fermes sur un point, la liste ne pourra être que citoyenne, ce qui n’empêche aucunement qu’elle soit soutenue par des partis, des syndicats, des associations.

Dans un contexte où les combats sociaux (avec les syndicats, les gilets jaunes, les coordinations) et les combats écologistes, notamment contre les bouleversements climatiques, ouvrent des perspectives d’espoir de renouveau politique et d’émancipation, il appartient à chacune et chacun de prendre ses responsabilités pour changer la politique.

Si les citoyennes et citoyens de la ville s’emparent du pouvoir, nous pourrons engager les premières ruptures nécessaires à la reprise en main du pouvoir communal : mise en place d’une régie publique de l’eau, abandon du projet de troisième four d’incinération et développement de la géothermie, référendum d’initiative citoyenne local, possibilité de révocation à mi-mandat, encadrement des loyers, lutte contre la spéculation immobilière, défense des services publics en particulier de l’éducation et de la santé. L’échelon communal est aussi un point d’appui pour combattre les forces néolibérales de Macron et les extrémistes racistes. Afin de préparer l’assemblée citoyenne de Créteil, un questionnaire sera diffusé largement dans la ville pour recenser les besoins et les idées des cristoliennes et cristoliens.

Les électrices et électeurs de Créteil ont positionné la France Insoumise comme une force incontournable pour changer la vie politique. Nous pensons qu’une alternative majoritaire est possible sur Créteil pour le renouveau démocratique, pour engager la transition écologique et pour défendre l’identité populaire de notre ville.

CONTACTS : vous pouvez contacter les insoumis.es de Créteil au 0766267125 ou en leur écrivant sur franceinsoumisecreteil@orange.fr

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter : #Créteil insoumise

ParFranceInsoumise94000

Un virage spectaculaire !


Monsieur Luc CARVOUNAS, député PS de la 9ème circonscription du Val-de-Marne, est intervenu aux Amfis de Toulouse dans le cadre d’un meeting pour soutenir le référendum contre la privatisation d’ ADP. Il ne s’est pourtant pas limité au sujet pour lequel il était invité.

Dans ce cadre, il a défendu sa vision d’une gauche arc-en-ciel qui, selon lui, correspondrait à la Fédération populaire proposée par la France Insoumise.

Cet ancien lieutenant de Manuel VALLS nous demande ainsi d’oublier la théorie des gauches irréconciliables, le CICE, l’expulsion de Léonarda, la loi El Khomri, la déchéance de nationalité, la privatisation des aéroports de Toulouse, de Lyon et de Nice menée par son ami d’alors, Emmanuel MACRON, la répression des migrants, l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes que Monsieur Luc CARVOUNAS, soit dit en passant, a défendu jusqu’au bout !

C’est donc un représentant du PS dans sa pire dérive sociale-libérale autoritaire qui déploie des efforts redoublés envers la France Insoumise qui défend un programme de rupture démocratique, écologique et social.

Comment expliquer ce virage spectaculaire ?

Les élections successives depuis 2017 ont montré un désaveu populaire massif à l’encontre du PS. C’est donc un monde qui s’écroule pour les petits barons du PS qui pourraient se voir priver de leurs fiefs électoraux très rapidement. Aussi, les électeurs de la France Insoumise représentent dans leur vision une part du marché électoral qu’il faut absolument capter pour prétendre à une éventuelle réélection.

La sociale-démocratie n’a pas d’autre issue que de devenir la championne du double discours : unité et radicalité en parole, trahison dans les actes dans la continuité de politiques menées aussi bien au niveau national que local. La Fédération populaire devient dans l’esprit de ces représentants une formidable machine à recycler les élus usés par des années d’exercice du pouvoir anti-populaire.

Les insoumis ne s’y trompent pas et défendent une tout autre idée de la Fédération populaire et écologique. Celle-ci se doit d’être le relai des résistances syndicales, associatives et citoyennes et de la société en mouvement pour l’émancipation. La mobilisation de la jeunesse pour le climat et les gilets jaunes sont des formidables exemples de cette capacité d’invention d’un monde meilleur.

Alors, Monsieur Luc CARVOUNAS, passez votre chemin, car notre projet politique n’est pas soluble dans des ambitions électoralistes.