Archive de l’étiquette Créteil Insoumise

ParFranceInsoumise94000

Créteil doit protéger ses habitants des pesticides et des perturbateurs endocriniens

Depuis le mois de mai de cette année, des dizaines de maires, y compris en milieu urbain, ont pris sur leur territoire des arrêtés antipesticides (carte interactive), pour protéger la santé de leurs habitants face au ravage de ces produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques.

En effet, la loi Labbé de 2014 a interdit les pesticides depuis 2017 pour les collectivités et depuis 2019 pour les particuliers. Cependant les entreprises ou syndics de copropriété peuvent faire appel à des entreprises de jardinage qui utilisent des pesticides qui contaminent toute la population.

Alors, qu’attendons nous pour rejoindre ce combat ?

Il faut élargir le mouvement car l’État cherche à faire taire les maires en les attaquant au tribunal. Treize communes du Val-de-Marne ont pris des arrêtés qui ont été suspendus par le tribunal de Melun. Mais le tribunal de Cergy-Pontoise a donné raison aux maires de Sceaux, Antony et Gennevilliers (Hauts-de-Seine), reconnaissant leur pouvoir de police générale dans la protection des populations face au danger, avéré par de nombreuses études scientifiques, que représente le glyphosate. Le président du conseil départemental du Val-de-Marne, Christian FAVIER, passait au tribunal le 20 novembre pour son arrêté concernant tout le département.

Plus largement, c’est aussi la problématique des perturbateurs endocriniens qu’il faut prendre en charge de manière urgente. Ils sont présents partout : dans les pesticides, dans les plastiques, dans les cosmétiques … Ils provoquent de multiples maladies chroniques (cancers, diabète, obésité …). Les enfants et les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables.

Notre mode de consommation atteint ainsi fortement notre santé. En France, le nombre de cas de cancer est passé de 170 000 à 355 000 entre 1980 et 2012.

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a rappelé en septembre 2017 dans son rapport et avis sur la Stratégie nationale de santé, que le coût en Europe des conséquences des pesticides perturbateurs endocriniens était estimé à 120 milliards €/an.

Des collectivités s’engagent contre ce fléau en signant la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » pour aboutir à l’interdiction des perturbateurs endocriniens. Des mesures simples peuvent être prises, par exemple : lancer une réflexion avec les agents communaux concernés afin de pouvoir  supprimer le plastique dans les cantines des écoles, engager les agents des administrations pour supprimer les petites bouteilles d’eau et les remplacer par des carafes et des verres.

Pourquoi pas nous ?

Créteil doit résolument s’engager dans la transition écologique pour sauvegarder la santé de ses habitants. La France Insoumise portera ce combat lors des élections municipales de 2020.

ParFranceInsoumise94000

À CRÉTEIL, C’EST À VOUS DE DÉCIDER !

Pour chacun de ces thèmes de notre vie quotidienne, vous pouvez exprimer votre degré de satisfaction quant à votre situation actuelle en cochant la case qui correspond le mieux à votre ressenti.

Ensuite, vous pourrez indiquer les actions à mettre prioritairement en œuvre et faire une proposition.

Il n’est pas nécessaire de répondre à toutes les questions. Vous pouvez choisir en fonction de vos préoccupations et de vos centres d’intérêt.

ParFranceInsoumise94000

Créteil entre dans une nouvelle ère citoyenne

L’Assemblée communale des insoumises et insoumis de Créteil, réunie le samedi 28 septembre, a défini la stratégie du mouvement pour les municipales et a désigné deux animateurs pour la campagne municipale : Béatrice PINAT, 40 ans, professeure des écoles à Créteil, et Thomas DESSALLES, 36 ans, inspecteur du travail à Créteil.

Les groupes d’action de la France Insoumise souhaitent mettre en place une assemblée citoyenne qui choisira les candidates et candidats de la liste et élaborera le programme. Cela permet à chaque habitant de prendre des responsabilités. Des échanges sont déjà engagés avec les cristoliennes et les cristoliens, et des forces associatives de la ville pour participer à la construction de cette dynamique. Des partis politiques ont demandé à nous rencontrer, nous les rencontrerons en étant fermes sur un point, la liste ne pourra être que citoyenne, ce qui n’empêche aucunement qu’elle soit soutenue par des partis, des syndicats, des associations.

Dans un contexte où les combats sociaux (avec les syndicats, les gilets jaunes, les coordinations) et les combats écologistes, notamment contre les bouleversements climatiques, ouvrent des perspectives d’espoir de renouveau politique et d’émancipation, il appartient à chacune et chacun de prendre ses responsabilités pour changer la politique.

Si les citoyennes et citoyens de la ville s’emparent du pouvoir, nous pourrons engager les premières ruptures nécessaires à la reprise en main du pouvoir communal : mise en place d’une régie publique de l’eau, abandon du projet de troisième four d’incinération et développement de la géothermie, référendum d’initiative citoyenne local, possibilité de révocation à mi-mandat, encadrement des loyers, lutte contre la spéculation immobilière, défense des services publics en particulier de l’éducation et de la santé. L’échelon communal est aussi un point d’appui pour combattre les forces néolibérales de Macron et les extrémistes racistes. Afin de préparer l’assemblée citoyenne de Créteil, un questionnaire sera diffusé largement dans la ville pour recenser les besoins et les idées des cristoliennes et cristoliens.

Les électrices et électeurs de Créteil ont positionné la France Insoumise comme une force incontournable pour changer la vie politique. Nous pensons qu’une alternative majoritaire est possible sur Créteil pour le renouveau démocratique, pour engager la transition écologique et pour défendre l’identité populaire de notre ville.

CONTACTS : vous pouvez contacter les insoumis.es de Créteil au 0766267125 ou en leur écrivant sur franceinsoumisecreteil@orange.fr

Rejoignez-nous sur Facebook et Twitter : #Créteil insoumise

ParFranceInsoumise94000

Mettre en place une gestion publique de l’eau à Créteil … chiche ? (MAJ le 7 septembre 2019)

La délégation de service public (DSP) de l’eau arrive prochainement à échéance à Créteil. Le contrat a été conclu en 2007 avec SUEZ (ex-Lyonnaise des Eaux) qui est l’une des principales mutinationales qui fait du profit dans ce secteur. C’est donc le moment d’ouvrir le débat sur la gestion publique de l’eau.

Un mode de gestion moins couteux au service de l’intérêt général

En effet, depuis plusieurs années, un vaste mouvement de reprise en main de l’eau potable est engagée en France. A chaque fois, il apparaît que les tarifs baissent pour les usagers lors du passage à une gestion publique comme à Grenoble ou à Paris. Cette différence de tarif s’explique notamment par l’absence d’actionnaire, la passation de marché public transparent pour tous les travaux et l’opacité de la comptabilité privé …

Il faut donc sortir de la logique de marchandisation et défendre notre patrimoine public. La gestion publique permet aussi d’assurer un investissement régulier en fonction de l’intérêt général et éviter les nombreux scandales de fuite d’eaux du fait de l’absence d’entretien des canalisations par les entreprises privées.

Il faut aussi préserver la qualité de l’eau en envisageant des solutions sur le long terme : par exemple, soutien à l’agriculture biologique au niveau des zones de captage.

C’est également un enjeu démocratique sur la place des usagers pour contrôler l’usage de l’eau. On pourrait ainsi décidé collectivement de la gratuité des premiers m3 d’eau pour assurer les besoins fondamentaux et en revanche faire la chasse aux gaspillages.

Comment passer à la gestion publique de l’eau ?

La compétence de la gestion de l’eau potable est passée en région parisienne au Etablissement Public Territoriaux (EPT). Pour nous, c’est donc le Grand Paris Sud Est Avenir. Dans un même EPT, il peut coexister plusieurs modes de gestion. A ce stade, c’est simple, toutes les communes sont en DSP chez SUEZ sauf La Queue-en-Brie et Le Plessis-Trevise qui sont chez VEOLIA, mais ce n’est pas mieux !

Limeil-Brévannes a décidé récemment de renouveler sa DSP avec SUEZ par un vote à l’unanimité pour du GPSEA, le 20 juin 2018. Cette dépendance des élus est inquiétante. Le risque est qu’il y ait une harmonisation au niveau du territoire en faveur de la gestion privée, notamment sous la coupe de SUEZ. En l’absence de volonté politique, il y a un risque de bloquer l’ingénierie nécessaire au passage en régie publique.

A la France Insoumise, nous sommes persuadés qu’il faut s’appuyer sur les citoyens et leur donner la parole. Il est hors de question que Créteil se fasse dicter ses conditions sur ce choix majeur pour l’avenir de ces habitantes et habitants.

DEFENDONS NOTRE EAU, NOTRE BIEN COMMUN

Nous vous invitons à vous mobiliser lors de la rencontre du 24 septembre 2019 : « A Créteil, l’eau peut redevenir un bien commun », animée par Gabriel Amard, de la Coordination Eau bien commun et soutenue par la Coordination Eau IDF et la Convergence Services Publics Créteil.

Cycle Education citoyenne et populaire, 1er avril 2019 à Créteil.
Jean-Claude OLIVA, directeur de la « Coordination Eau bien commun ».
Une conférence débat sur les sujets suivants: « L’eau n’est pas une marchandise, c’est un bien commun de l’humanité », « Quel est l’état de la distribution de l’eau dans le Val-de-marne? », « Que faire pour une gestion publique de l’eau? »

Pour plus d’informations : https://eau-iledefrance.fr/

ParFranceInsoumise94000

Incendie à Henri Mondor : le soutien des Insoumis.e.s aux victimes

Ce mercredi 21 août, un violent incendie a fait une victime et huit blessés, dont quatre pompiers, à l’hôpital Henri Mondor, dans un immeuble où loge des personnels des hôpitaux de Créteil.

Les Insoumis.e.s de Créteil présentent toutes leurs condoléances à la famille et aux proches de la victime décédée et tout son soutien aux blessés.

Nous saluons également le travail remarquable des pompiers qui ont sauvé dix personnes prisonnières des fumées. Ils sont à l’image de ces personnels qui essaient, partout en France, au quotidien, de défendre la qualité des services publics.

© Le Parisien
ParFranceInsoumise94000

Ensemble, reprenons le pouvoir sur nos vies et notre ville !

Nous sommes nombreuses et nombreux à nous retrouver à Créteil dans des combats pour l’égalité, la solidarité, la défense des services publics, l’écologie, le droit à la ville :

  • défense des hôpitaux de la ville et soutien aux personnels avec les usagers
  • résistance pour le service public de l’éducation, de l’école à l’Université
  • démarches d’implication citoyenne et d’éducation populaire
  • tolérance 0 contre les discriminations et tous les racismes
  • extension du droit au logement pour toutes et tous
  • préservation du repos dominical et développement des commerces de proximité dans les quartiers avec des modes alternatifs de distribution
  • développement des mobilités douces et non émettrices de gaz à effet de serre, promotion de la gratuité pour les transports en commun
  • passage en gestion publique de l’eau
  • lutte contre le 3ème four de l’incinérateur et pour le développement de la géothermie

Ces combats doivent trouver une traduction politique avec une vision cohérente. Pour nous, seule une volonté collective déterminée et ouverte, en lien avec ces mouvements de résistance permettra d’imposer la démocratisation de nos institutions, la transition écologique et la justice sociale.

Aussi, nous proposons la création d’une fédération populaire, écologiste et citoyenne au niveau local pour traduire ces luttes dans un projet politique municipal. Nous pensons que l’expérience communale est un pilier essentiel pour construire les chemins de l’émancipation et servir de point d’appui contre les politiques mortifères et autoritaires de Macron. Il est pour nous essentiel de mettre en œuvre, avant tout, ce projet avec les actrices et acteurs de ces luttes et l’ensemble des habitantes et habitants de Créteil.

Nous pensons que l’urgence politique, menace de l’extrême droite et impasse du néolibéralisme, nous impose aussi d’organiser des discussions fraternelles entre forces organisées politiques, syndicales et associatives en accord avec la démarche citoyenne que nous défendons, pour construire une alternative à la hauteur de nos ambitions. Nous nous appuierons sur des engagements forts :

– refus de déléguer les services publics au privé et des partenariats publics privés (PPP)

– aucun nouveau transfert facultatif et optionnel des compétences aux inter-communalités

– non au cumul des mandats de maire et de président⋅e d’EPCI, de maire, d’élu⋅e départemental⋅e et d’élu⋅e régional⋅e

– lutte contre les Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII)

– refus de toute aide extra-légale à l’enseignement privé et toute aide financière à la rénovation d’établissements scolaires privés

– défendre le principe de laïcité

– interdire la présence d’écrans et panneaux publicitaires, non locaux, sexistes ou anti-écologiques dans l’espace public

A Créteil, la majorité actuelle est à la fin d’un cycle. En Marche est prêt à étendre dans notre ville son système anti-démocratique, anti-écologique et anti-social dépendant de puissants intérêts économiques. Nous refusons ce scénario qui une nouvelle fois laisserait de côté les aspirations populaires au changement.

En effet, la politique néo-libérale mise en place par les différents pouvoirs en place depuis quarante ans a conduit à remettre entre les mains de quelques-uns la conduite de nos vies. Un verrouillage organisé permet de tenir éloigné le plus grand nombre des citoyennes et citoyens de la vie publique : opacité sur les enjeux politiques, proscription de toutes contradictions, fermeture du pouvoir sur lui-même, contrôle de l’espace public. Cet assèchement de la démocratie a permis le développement d’une bureaucratie gestionnaire qui s’éloigne de plus en plus de l’intérêt général au profit d’intérêts financiers puissants. La mise en place de la Métropole du Grand Paris qui est une attaque historique contre la commune est finalement l’aboutissement de ce processus de dépossession.

Il faudra surmonter ces blocages pour rendre le pouvoir aux habitantes et habitants de la ville dans leur diversité afin de construire un projet alternatif démocratique, écologique et solidaire. Les élu⋅e·s de demain, citoyen⋅nes parmi les citoyen⋅nes, seront révocables à mi-mandat, rendront des comptes, signerons la charte Anticor et soutiendrons la proposition d’un référendum d’initiative citoyenne local.

Nous engagerons dès cet été le travail avec les habitantes et habitants de Créteil pour inventer les solutions du bien vivre dans la ville et initier la construction d’une assemblée citoyenne en mesure de conquérir le pouvoir. En effet, nous souhaitons co-construire le programme et constituer la liste dans ce cadre citoyen avec comme mot d’ordre « venez siéger au conseil municipal pour appliquer votre programme ! ».

Nous vous appelons, à ensemble, débloquer la vie politique et à reprendre le pouvoir sur nos vies et notre ville !

Les groupes d’action de la FI de Créteil – 4 juillet 2019

ParFranceInsoumise94000

Les Insoumis·e·s de Créteil soutiennent les postiers sans-papiers en grève !

Depuis deux semaines, des travailleurs sans-papiers qui interviennent dans les entrepôts de CHRONOPOST à Alfortville sont en grève.

Ils sont employés par des boîtes d’intérim écrans utilisés par des sous-traitants de CHRONOPOST qui surexploitent les sans-papiers. Ce système n’est possible que parce que LA POSTE accepte que de telles pratiques se développent dans les entrepôts de ses filiales, notamment à CHRONOPOST.

LA POSTE doit donc prendre ses responsabilités et demander la régularisation immédiate des postiers sans-papiers pour qu’ils puissent exercer leurs droits dans l’entreprise et dans la société. Elle se rendra sinon complice de graves infractions au code du travail. Le ministre du travail doit également prendre ses responsabilités dans ce dossier pour préserver les droits et la santé des travailleurs. 

On le voit bien ici, c’est un exemple scandaleux des conséquences de la privatisation sur la destruction des collectifs de travail et la dégradation des conditions de travail avec pour seul objectif, la course au profit.

Les sans-papiers, qui ont reçu les soutiens de Mathilde PANOT, députée FI du Val-de-Marne et de Anne-Sophie PELLETIER, députée européenne de la FI, seront présents à Créteil devant la direction régionale de LA POSTE mercredi 26 juin 17 h – 3 Place Salvador Allende. Nous serons présents et appelons l’ensemble de la population à venir ce jour-là et à contribuer à la caisse de solidarité. Vous pouvez aussi les soutenir en apportant sur le piquet de grève (2 chemin de Villeneuve St Georges à Alfortville, RER Maisons-Alfort/Alfortville ou bus 103, arrêt Val-de-Seine), notamment dans cette période de forte chaleur : packs d’eau, fruits, sièges pliants, sucre, cafés solubles, sacs poubelles.

Anne-Sophie Pelletier venue soutenir les travailleurs sans-papiers

Si rien ne bouge, les Insoumis·e·s demanderont des comptes dans toutes les agences de LA POSTE pour demander la régularisation immédiate des sans-papiers postiers d’Alfortville et de tous les travailleurs et travailleuses sans-papiers employé·e·s dans ses entrepôts.

Pour le respect des êtres humains et des travailleurs la France insoumise sera toujours présente.

Créteil, le 25 juin 2019

ParFranceInsoumise94000

Communiqué d’élus LFI, EELV et de Créteil Insoumise sur la concertation Valo’Marne

Ouvrons un véritable débat citoyen indépendant sur la pertinence du développement de l’incinération des déchets à Créteil et dans le Val- de-Marne.

La phase de concertation sur le projet de développement des capacités de l’incinérateur de Créteil arrive à son terme le 15 juin 2019. Cette étape menée sous l’égide de la société VALOMARNE constituée par SUEZ et une filiale d’EDF, maîtres d’ouvrage du projet, n’a malheureusement pas permis jusqu’à présent de répondre à de nombreuses interrogations sur l’utilité de ce projet pour les citoyennes et citoyens des territoires concernés. L’utilité de la construction d’un troisième four dans l’incinérateur de Créteil est particulièrement mis en cause.

Nous regrettons que cette concertation ait été conduite dans un climat de violence verbale contre les nombreux opposantes et opposants à ce projet. Le débat démocratique nécessite du respect et de la sérénité. L’expertise citoyenne et des associations doit être prise en compte.

Pour nous, le traitement des ordures ménagères par le procédé de l’incinération est une technologie désuète, défaillante et dangereuse pour la santé.

Or, à ce jour, 26 % des déchets franciliens sont incinérés dans le Val-de-Marne alors qu’il ne représente que 12 % de la population de l’Ile-de-France. Nous refusons que l’environnement de nos concitoyennes et concitoyens du Val-de-Marne soient sacrifiés.

Il faut donc en premier lieu réduire l’incinération à l’échelle de la région notamment par l’adoption d’un Plan Régional de Prévention et de Gestion des déchets ambitieux et écologique qui devrait encourager la réduction à la source des déchets, le recyclage et la réutilisation. A l’échelle du département, il faut déclarer un moratoire sur les projets concernant le procédé technique de l’incinération des déchets, au profit d’un traitement adapté des déchets fermentescibles. Dans ce cadre, la consultation citoyenne doit se poursuivre à Ivry sur le projet de reconstruction de l’incinérateur d’Ivry et un véritable débat citoyen indépendant doit s’ouvrir sur la pertinence du développement de l’incinération à Créteil et dans le Val-de-Marne.

L’urgence écologique s’impose et notre responsabilité commence dans les choix opérés sur les territoires. Des investissements de plusieurs milliards d’euros sont ici en cause et engagent sur plusieurs dizaines d’années. Alors, prenons le temps de la réflexion et discutons des alternatives écologiques qui existent pour le traitement des déchets.

Nous appelons à rejoindre la mobilisation à Nogent-sur-Marne le jeudi 13 juin à 19 h 30 devant la salle Charles de Gaulle (70 rue Charles de Gaulle 94130 Nogent-sur-Marne) où se déroulera la réunion de clôture de la concertation menée par VALOMARNE.

Créteil, le 12/06/19

Chrysis CAPORAL et Didier LEVY, élu.es municipaux EELV de Champigny-sur-Marne et LFI de Fontenay-sous-Bois, représentant.es au SMITDUVM — Annie LAHMER, élue EELV au Conseil Régional – Les insoumis.es de Créteil.

ParFranceInsoumise94000

Accident à l’incinérateur d’Ivry, Créteil Insoumise réagit…

Le traitement des ordures ménagères par le procédé de l’incinération est une technologie désuète, défaillante et dangereuse ! Les « meilleures techniques disponibles en incinération et les niveaux d’émissions associés » préconisés par l’Europe n’empêcheront pas qu’un accident comme celui d’Ivry-sur-Seine se produise à nouveau. L’incident de vendredi dans l’Usine de Valorisation Énergétique d’Ivry-sur-Seine, gérée par l’agence métropolitaine des déchets ménagers, délégataire du Syndicat mixte central de traitement des ordures ménagères (Syctom), n’est malheureusement pas une exception.

Les riverains de ces installations, classées pour la protection et l’environnement (ICPE) au titre de leur dangerosité pour l’écosystème, sont quotidiennement exposés à des émanations atmosphériques toxiques et les rejets d’effluents polluent les nappes phréatiques. Des scandales écologiques tel celui de l’incinérateur de Gilly-sur-Isère, qui mettent des décennies avant d’être jugés devant un tribunal correctionnel, justifient le combat des associations pour la préservation des biens communs que sont l’air, l’eau, l’alimentation, le vivant.

Nous saluons le combat exemplaire du collectif 3R d’Ivry-sur-Seine qui lutte depuis plus de 10 ans pour une alternative « Zéro déchet » au tout-incinération du Syctom. Le 94 accueille déjà 3 usines d’incinération de déchets -Ivry-sur-Seine, Rungis, Créteil- et en dépit de ce qui ressemble à du manque de compétences politique, économique et sociale, le syndicat mixte des déchets urbains du Val de Marne (Smitduvm) prévoit, dans son usine de Créteil, la construction d’un troisième four, à proximité d’un nouveau quartier de 600 logements (Écoquartier Néo), de lieux de travail et de commerces.

Comme le dit l’association ALIC, nous n’avons pas besoin de ce four puisque la remise à niveau (changement des filtres notamment) de l’installation actuelle lui permettra de répondre aux besoins en incinération des villes adhérentes au Smitduvm et couvrira très bien la demande en chauffage collectif des habitants de Créteil. D’autre part, l’importation des déchets venant de toute l’Île-de-France générera la circulation de 30 camions de gros tonnage supplémentaires par jour dans un secteur déjà fort impacté par la pollution liée à circulation sur l’A86. Les citoyen.ne.s des 19 villes adhérentes du Smitduvm, dont Créteil qui héberge l’incinérateur, n’ont donc aucun bénéfice à la construction de ce troisième four. Alors, à qui profite-t-elle ?

Il est temps de déclarer l’urgence climatique partout en France et dans le Val-de-Marne !

Créteil Insoumise rappelle sa forte opposition à l’installation d’un troisième four. Les Insousmis.e.s se positionnent fermement contre ce projet anti-écologique et qui se fait sans les citoyen.ne.s de manière anti-démocratique.

« Le productivisme détruit l’écosystème compatible avec la planète » (Livret 6 de La France Insoumise : Face à l’urgence climatique, la planification écologique).

ParFranceInsoumise94000

Élections européennes – A Créteil aussi, «C’est l’heure des combats et des caractères»…

Élections européennes – Communiqué de la France Insoumise de Créteil

«C’est l’heure des combats et des caractères» a affirmé, hier soir, Jean-Luc Mélenchon après l’annonce des résultats des élections européennes. A Créteil, nous faisons nôtre cette déclaration et portons à votre connaissance ce communiqué envoyé à la presse après que nous ayons constaté certaines anomalies pendant la journée d’hier dans notre ville.